EAUX STAGNANTES

Workshop avec Ali Cherri (artiste)
12-15 décembre 2017
Bétonsalon, Centre d’art et de recherche, Paris

Les eaux stagnantes et boueuses au-dessus desquelles bourdonnent insectes et petites bêtes en tout genre nous rendent un tableau complexe, celui d’une misère glauque et terne, à la fois envahissante et inquiétante.
La masse de boue, informe mais non amorphe, engloutit et corrode tout. Très peu d’espaces traduisent la périphérie de l’existence humaine aussi bien que le font les marécages. Ni tout à fait terre, ni tout à fait eau, les marécages ont longtemps été considérés comme des espaces redoutés, des endroits aux dangers inconnus d’où les “miasmes” et les “effluves” s’échappent.
Leurs eaux seraient des espaces fondamentalement contaminés et dangereux, des paysages énigmatiques et fantomatiques qui provoqueraient mort et maladies. Sous la direction de l’artiste Ali Cherri, l’atelier interroge les imaginaires autour de la boue, élément corrosif mais d’où la vie peut jaillir. Il a pris comme point de départ des espaces envahis par la boue, tels que les musées archéologiques de Fukushima ensevelis après le tsunami, le barrage de Merowe sur le Nil au Soudan, ou encore l’inondation des réserves du Louvre en juin 2016.

Pendant quatre jours, la question des eaux souillées et de l’eau pure sera abordée à travers une programmation de films, de textes, et de visites de sites culturels ou naturels.

Ce workshop s’est complété d’une rencontre avec Candice Lin pour son exposition A Hard White Body (un corps blanc exquis) qui avait lieu à Bétonsalon et d’une conférence de Pascal Dibie.

Ali Cherri est un vidéaste et artiste visuel. Ses récents projets interrogent la place de l’objet archéologique dans la construction de récits historiques.
Ses expositions personnelles comprennent : Dénaturé à la Galerie Imane Farès, Paris (2017) ; Somniculus au Jeu de Paume, Paris et au CAPC, Bordeaux (2017) ; From Fragment to Whole au Jönköpings Läns Museum, Suède (2017) ; A Taxonomy of Fallacies au Sursock Museum, Beyrouth (2016).
Son travail a été présenté dans des musées internationaux, parmi lesquels le Centre Pompidou, Paris (2017) ; MAXXI, Rome (2017) ; Le MACVAL, Val-de-Marne (2017) ; Guggenheim, New York (2016) ; Aichi Triennial, Japan (2016) ; Gwangju Museum of Art, Gwangju (2016). Il est le lauréat de la Robert E. Fulton Fellowship de l’université Harvard (2016) et du Rockefeller Foundation Award (2017).

DOCUMENTATION

En partenariat avec

Visites

Visite du SIAAP, Paris

Workshop

Exposition de Candice Lin, A Hard White Body, suivie d’une conférence de Pascal Dibie, BétonSalon

Workshop avec Ali Cherri, BétonSalon